100 mille FCFA à Aïcha Koné sur 500 millions: Voici toute la vérité

Quelques jours après la sortie fracassante de la diva Aicha Koné contre le Burida, l’artiste Zouglou, Bilé Didier, en sa qualité de membre du comité de gestion et de restructuration au BURIDA, a tenu à clarifier les choses.

”Affaire 500 millions au Burida”: Les précisions de Bilé Didier

La semaine dernière, la diva de la musique ivoirienne, Aicha Konė, a exprimé son mécontentement après avoir appris qu’un chèque de 100 mille Fcfa lui était destinée sur les 500 millions de Fcfa mis à la disposition du Bureau ivoirien des droits d’auteur ( Burida) afin de permettre aux artistes ivoiriens de faire face à l’épidémie de Coronavirus qui sévit dans le monde et plus particulièrement en Côte d’Ivoire.

”Quand même, sur 500 Millions? Même s’ils disent avoir recueilli ces droits dans les bars et maquis, mais nous, nos œuvres sont jouées ici en Côte d’Ivoire et partout en Afrique. Avant la génération actuelle, nous étions là ! Nos œuvres sont toujours jouées. D’ailleurs, je refuse ce chèque de 100.000. Nous méritons un minimum de considération”, avait vivement protesté Aicha Koné.

Après cette sortie de la diva, Bilé Didier, membre du comité de gestion et de restructuration au BURIDA, a tenu à clarifier les choses.

“Il faut que dans un premier temps on éclaircisse tout. L’État de Côte d’Ivoire n’a pas donné 500 millions de FCFA aux artistes. Tout cela est partie d’une désinformation. Nous sommes dans une période charnière et grave. Il n’y a plus de spectacles, il n’y a plus de bar, plus de restaurant, donc plus d’entrées d’argent pour les artistes. Nous (BURIDA) en tant que responsables, administrateurs, nous nous posons la question, que faire? On interpelle l’État à travers des courriers mais en tant que dirigeants du BURIDA, nous devions pallier au plus pressé puisque nous sommes nous-mêmes artistes”, a-t-il déclaré sur First mag.

”On décide donc d’une répartition des droits d’auteur qui sont des droits qu’on appelle des droits généraux qui ont été collectés dans les maquis, les boites de nuit… et qui devraient être redistribués en juin (…) Alors, on décide d’anticiper cette répartition et de la faire maintenant; au moins pour pallier aux problèmes des artistes. C’est ça qui est la vérité. L’État n’a pas donné 500 millions aux artistes”, a clarifié Bilé Didier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *