Burkina Faso: Plus de 3 millions de personnes confrontées à une insécurité alimentaire aiguë

Burkina Faso: Plus de 3 millions de personnes confrontées à une insécurité alimentaire aiguë

Burkina Faso: Plus de 3 millions de personnes confrontées à une insécurité alimentaire aiguë. Une aide humanitaire urgente est nécessaire ainsi qu’un investissement à plus long terme dans les moyens d’existence ruraux et les services sociaux

COMMUNIQUÉ DE PRESSE CONJOINT FAO-PAM

21 août 2020, Ouagadougou – Une action urgente et soutenue est nécessaire pour lutter contre l’aggravation de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Burkina Faso, déclarent l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM), citant une nouvelle Les données. On estime que 3,3 millions de personnes sont confrontées à une insécurité alimentaire aiguë pendant la période de soudure actuelle, période qui précède la récolte de septembre.

La dernière analyse du Cadre Harmonisé indique une augmentation de l’insécurité alimentaire aiguë de plus de 50 pour cent depuis la dernière évaluation de la situation au Burkina Faso en mars. Les experts affirment que la crise a été exacerbée par l’impact du COVID-19 sur la capacité des gens à gagner de l’argent pour couvrir leurs besoins quotidiens dans un pays déjà ébranlé par les conflits et le changement climatique.

Deux provinces de la région du Sahel – Oudalan et Soum – ont été conduites dans la phase d’urgence d’insécurité alimentaire, telle que définie par le Cadre Harmonisé. Environ 3 pour cent de la population de ces régions du nord connaîtraient des niveaux catastrophiques d’insécurité alimentaire aiguë et seraient confrontés à des écarts de consommation alimentaire extrêmes, entraînant également des niveaux alarmants de malnutrition aiguë. Bon nombre des personnes les plus touchées ont été déplacées de leurs foyers en raison des combats dans la région.

«Nous assistons à une détérioration alarmante de la sécurité alimentaire dans les régions les plus touchées du pays», a déclaré David Bulman, directeur de pays et représentant du PAM au Burkina Faso. «Nous devons prendre des mesures immédiates pour inverser cette tendance dans les deux provinces. Ce ne serait rien de moins qu’une catastrophe si toute une génération était écrasée par le conflit, les déplacements et la faim.

La pandémie COVID-19 aggrave encore une crise qui se détériorait déjà à un rythme inquiétant, poussant de plus en plus de personnes dans une crise alimentaire grave et une insécurité alimentaire aiguë”, a déclaré Dauda Sau, représentant de la FAO au Burkina Faso. «Nous pouvons inverser cette tendance si nous agissons maintenant en aidant le gouvernement à protéger les moyens de subsistance, à augmenter rapidement la production et la disponibilité alimentaires locales et à aider les populations rurales à accéder à la nourriture.

Beaucoup de ceux qui sont les plus à risque sont les agriculteurs de subsistance et les éleveurs. Si une aide humanitaire urgente pour sauver des vies et des moyens de subsistance est nécessaire pour répondre aux besoins immédiats, il en va de même pour les investissements à long terme dans les moyens de subsistance et les services sociaux ruraux qui, selon les experts, peuvent aider à renforcer la cohésion sociale et contribuer à la paix.

La FAO et le PAM ont répondu à la crise au Burkina Faso en fournissant une aide alimentaire associée à une protection des moyens de subsistance et un soutien aux personnes déplacées et aux communautés d’accueil qui les reçoivent.

Contacts

FAO
Alizeta Tapsoba,
FAO (Burkina Faso)
+226 71 72 70 50
Alizeta.Tapsoba@fao.org

Zoie Jones,
Bureau régional de la FAO pour l’Afrique +39331431
0003
Zoie.Jones@fao.org

PAM
George Fominyen,
+221
77639 4271 george.fominyen@wfp.org

Esther Ouoba
PAM / Burkina Faso
+226 75 12 86 56
esther.ouoba@wfp.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *