Burkina

Burkina : les militaires accusés d’avoir tué 31 civils à Djibo

Human Rights Watch a accusé ce lundi 20 avril 2020, les militaires burkinabés d’avoir tué 31 civils à Djibo, dans le nord du Burkina Faso, le 9 avril.

«Les forces de sécurité burkinabè ont apparemment exécuté 31 hommes lors d’une parodie brutale d’opération antiterroriste susceptible de constituer un crime de guerre», déclare Corinne Dufka, directrice pour l’Afrique de l’Ouest à Human Rights Watch.

L’ONG appelle les autorités burkinabè à «immédiatement ouvrir une enquête impartiale sur ces meurtres et tenir les responsables pour comptables de leurs actes, quel que soit leur rang».

HRW et des organisations de la société civile burkinabè ont déjà plusieurs fois dénoncé des violences perpétrées par les forces de sécurité contre la population, qui ont fait selon ces ONG plusieurs centaines de morts, sous couvert de lutte contre les groupes jihadistes qui multiplient les attaques dans le pays depuis cinq ans.

Selon l’enquête menée par HRW à Djibo, ville située à 200 km au Nord de la capitale Ouagadougou, les forces de sécurité ont ciblé exclusivement des hommes de la communauté peule, une ethnie semi-nomade sahélienne parmi laquelle les groupes islamistes recrutent particulièrement, selon les experts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *