Ces stars avec un masque, avant la pandémie de coronavirus

Ces stars avec un masque, avant la pandémie de coronavirus

Ces stars avec un masque, avant la pandémie de coronavirus

À cause du virus coronavirus, le port du masque chirurgical est recommandé, et obligatoire dans certains cas. Il est également devenu le symbole de la lutte contre la pandémie. Avant, les stars le portaient à des fins esthétiques, ou pour manifester.
À cause de la pandémie de coronavirus, la planète Mode est à l’arrêt. Elle s’adapte et assiste à l’ascension d’un nouvel accessoire : le masque. Obligatoire dans certaines situations, comme la fréquentation des transports en commun, il est également devenu un support pour exprimer sa créativité. Rihanna, Cardi B et Pharrell Williams l’avaient déjà adopté…

Ces stars avec un masque, avant la pandémie de coronavirus
Ces stars avec un masque, avant la pandémie de coronavirus
Ces stars avec un masque, avant la pandémie de coronavirus

Ces stars avec un masque, avant la pandémie de coronavirus
Ces stars avec un masque, avant la pandémie de coronavirus

LE MASQUE, UN ACCESSOIRE DE MODE
En effet, les célébrités n’ont pas attendu le Covid-19 pour porter des masques, dans un but essentiellement esthétique, mais aussi marketing. En avril 2017, Rihanna avait attiré les regards des spectateurs du festival de Coachella, le nez et la bouche masqués.

Cette même année, Future sortait le tube Mask Off (exprimant une volonté de se mettre à nu et en allusion à un crime réalisé sans cagoule) et assistait aux BET Awards avec sa fille Londyn. Tous deux portaient des masques à plus de 2700 euros conçus uniquement pour l’occasion. Un choix d’accessoire qui faisait référence à la chanson.

Avant Future, Nicki Minaj avait déjà profité d’une cérémonie de récompenses, les MTV Video Music Awards 2011, pour épouser l’univers cosplay et sortir masquée. Plus récemment, en janvier 2020, Billie Eilish s’est présentée sur le tapis rouge des Grammy Awards, toute de Gucci vêtue, un masque lui couvrant partiellement le visage.

LE MASQUE DÉFILE À LA FASHION WEEK
Le 7 octobre 2007, Naomi Campbell défilait sur le podium du défilé Louis Vuitton (Marc Jacobs était alors le directeur artistique de la maison), dans une tenue d’infirmière accessoirisée d’un masque chirurgical en dentelle, brodé du logo Louis Vuitton.

Près de treize ans plus tard, le masque est toujours aussi populaire dans les galeries de photos de street style, sur lesquelles apparaît Cardi B. Les marques Marine Serre et The Blonds l’ont inclus dans leurs collections automne-hiver 2020-2021, respectivement présentées à Paris et New York. “Les gens étaient de plus en plus réceptifs [au masque]. Mais je ne pense pas que ce soit quelque chose de positif”, a expliqué la créatrice Marine Serre au New York Times.

ENVIE D’ANONYMAT, POLLUTION : LE MASQUE PORTÉ DANS UN BUT FONCTIONNEL
“Un masque crée une barrière entre le monde et vous. Il vous protège, mais ça signifie aussi qu’on ne peut pas s’approcher de quelqu’un”, poursuit-elle. La “barrière” évoquée par la créatrice de mode française est l’un des mobiles du port du masque pour certaines stars. En France, par exemple, le rappeur Kekra le fait pour se cacher… de sa mère ! “Pour que ma mère ne découvre pas que je suis un rappeur, elle serait déçue. Elle aurait honte, je pense”, expliquait-il à Vice en 2017. Trois ans plus tard, Kekra n’a pas raccroché le micro. Il a même sorti un nouvel album, Freebase Vol. 4 (mars 2020), pour le plus grand bonheur de ses fans.

Outre ce besoin d’anonymat, auprès du public ou de proches, les stars portent le masque en signe de manifestation. Une manifestation contre la pollution, comme Pharrell Williams, qui a pris le problème à bras le corps lors de sa collaboration avec la marque G-Star Raw (ses collections étaient composées de vêtements conçus à partir de plastiques récupérés dans les océans). Amoureux du Japon et de l’Asie, où le port du masque est démocratisé contre la pollution, l’artiste s’était lui aussi mis au diapason.

Selon un article intitulé History of Surgical Face Masks écrit par John L. Spooner et publié en 1967 dans l’AORN Journal, le masque chirurgical est né à la toute fin du XIXe siècle. Utilisé par les médecins lors d’opérations, il a affronté sa première épidémie en 1910, en Chine, où se répandait la pneumonie. Cent dix ans plus tard, le masque est devenu le symbole de la lutte contre le Covid-19, une lutte que les plus créatifs mènent avec style !

Rejoignez Echobuzzweb sur Facebook pour plus d’Infos !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *