Ces toilettes intelligentes pratiquent la reconnaissance anale

Ces toilettes intelligentes pratiquent la reconnaissance anale

Ces toilettes intelligentes pratiquent la reconnaissance anale

Il n’est guère étonnant qu’un livre consacré au système digestif en général et à l’intestin en particulier ait connu un succès fou dans de nombreux pays (dont le nôtre): c’est un organe plein de ressources, qui fait la pluie et le beau temps dans notre corps. Nos urines et nos selles font en outre d’excellents indicateurs de notre état de santé, puisqu’elles permettent de détecter des colopathies, des problèmes de reins, et même des cancers colorectaux ou urologiques.
Lire aussi : Test vaccin du coronavirus en Afrique: Nouveau rebondissement en Côte d’Ivoire

C’est de ce constat qu’une équipe derecherche de l’université de Stanford est partie afin de lancer un projet de toilettes intelligentes, capables d’analyser urines et fèces pour détecter d’éventuels problèmes de santé. Ces toilettes sont conçues pour pouvoir être utilisées par plusieurs personnes d’un même foyer sans risque de confusion, puisqu’elles sont également munies d’un système de reconnaissance anale. Vous avez bien lu.

Loin de la rumpologie, méthode plus que discutable défendue par l’astrologue Jackie Stallone (oui, la mère de Sylvester) et consistant à lire l’avenir dans les fesses, les toilettes innovantes conçues à Stanford sont un projet éminemment sérieux, détecté par Mic dans la très respectable revue Nature. Elles commencent donc par identifier l’utilisateur ou l’utilisatrice qui vient d’y poser son séant, et ce grâce à une lecture détaillée de son anoderme (bordure du canal anal).

Une fois l’«empreinte anale» décryptée, quatre caméras, des détecteurs de mouvement et de nombreux capteurs prennent le relais pour enregistrer le maximum de données à partir des matières rejetées dans la cuvette. Un tel système serait plus efficace et plus pratique que le fonctionnement actuel, qui contraint patients et patientes à prélever leurs propres déjections avant de les porter au laboratoire d’analyses.

Tout est passé au crible: le débit du jet d’urine, sa composition (via une bandette qui se place à l’endroit adéquat et se rétracte automatiquement), mais aussi la façon dont les excréments sont évacués. L’utilisation de papier toilette ou le retour en station debout mettent fin à la phase de prélèvement de données, qui peut ensuite laisser place à l’analyse.

Version mobile en cours de test
Non seulement le dispositif analyse non seulement les besoins du jour, mais il est capable de comparer les données avec celles recueillies précédemment chez un même sujet. Du côté de l’équipe de Stanford, on explique que pour un suivi quotidien idéal de son propre état de santé, il faudrait en fait surveiller cinq indicateurs: «le souffle, la sueur, la salive, l’urine et les selles». Si ces toilettes intelligentes font leurs preuves, elles rempliront déjà 40% de l’objectif total.

Encore au stade du prototype, ce dispositif d’analyse a d’ores et déjà été testé par une vingtaine de cobayes humains, qui ont pu bénéficier d’un système mobile, adaptable aux toilettes de chacun et de chacune.

D’après Sanjiv Gambhir, qui co-dirige le projet, le concept date d’il y a plus de quinze ans, mais n’avait jamais été pris au sérieux jusque là. Il semblerait que cette idée de mini laboratoire d’analyse à domicile ait soudain connu une belle avancée.

Rejoignez Echobuzzweb sur Facebook pour plus d’Infos !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *