Confidences : «je vis un confinement difficile avec ma femme, Sama diabar dafa saleté …»

Confidences : «je vis un confinement difficile avec ma femme, Sama diabar dafa saleté …»

Confidences : «je vis un confinement difficile avec ma femme, Sama diabar dafa saleté …»

Salut chers amis, je traverse actuellement une situation vraiment compliquée. Je vis dans un pays où le confinement a été imposé à cause de la propagation du coronavirus et ma femme est très sale. J’ai peur qu’elle me contamine.

Et pour ne pas me sentir seul , j’ai invité ma femme à venir vivre avec moi durant le temps du confinement. Mais il semble que j’ai pris la plus mauvaise décision de toute ma vie.

Pouvez-vous imaginer que ma copine porte le même dessous depuis 6 jours maintenant… Quelle femme peut faire ça?

Ce qui me fait mal, c’est que je lui ai fait un cunnilingus ce matin. Elle cachait son sl1p. Elle a jeté rapidement son slip sous le lit . Voyez vous meme la photo envoyée (Voir ci-contre)

Elle a eu ses règles il y a 2 semaines, donc non ce n’est pas du sang. J’ai senti le dessous et ce n’est pas du sang mais l’odeur est si mauvaise que j’ai failli rendre toute la nourriture que j’ai mangée.

Pourquoi faire ceci ?
Je me souviens juste que ma mère m’avait mis en garde contre les filles qui portent les dessous sales. S’il vous plaît partagez pour sauver la vie d’autres hommes. Aidez-moi, pensez-vous que je dois faire un test de MST ou un test de coronavirus?

Dites aux hommes à travers le monde d’inspecter les dessous de leurs conjointes. Je me sens malade. J’ai la fièvre, j’ai froid, je n’arrive pas à bien respirer.

Que faire… Aidez-moi!!!
Les opinions exprimées par l’auteur de cet article ne sont pas celles d’Opera News.

«Nous ferions face à une dure réalité dans certains États si nous devions tout refermer», a déclaré le Dr Jonathan Reiner, professeur à la George Washington University School of Medicine, en entrevue à CNN.

Ces nouvelles fermetures pourraient être encore plus dommageables pour l’économie.

«Une autre série de fermetures pourrait avoir des effets encore plus importants sur les entreprises qui pourraient ne plus être solvables», a déclaré le Dr Christopher Murray de l’Université de Washington.

Malgré les déconfinements, la pandémie est loin d’être terminée au sud de la frontière. Plus de 115 000 Américains sont décédés des suites du coronavirus, et des centaines continuent de mourir chaque jour.

«La COVID-19 ne prend pas de vacances d’été», a averti le Dr William Schaffner, expert en maladies infectieuses et professeur au Vanderbilt University Medical Center.

«Il a en fait de nouvelles opportunités pour se propager», a-t-il ajouté.

Un médecin ne croit pas à une 2e vague

De son côté, le Dr Patrick Pelloux, président de l’Association des médecins urgentistes de France, ne croit pas qu’une deuxième vague puisse survenir, à moins d’une mutation du virus.

«Les modèles par les chercheurs en mathématiques et en épidémiologie en France ont bien montré qu’il n’y avait pas de montée de deuxième vague», a-t-il expliqué en entrevue à l’émission 100% Nouvelles sur les ondes de LCN.

«Quand on regarde ce qui se passe sur le terrain […], on n’a plus du tout d’alerte ou de patients potentiellement graves qui arrivent avec les symptômes de la COVID-19. Si j’ai un conseil à vous donner, c’est: reprenez rapidement l’activité économique», a-t-il expliqué.

Il juge qu’avec les mesures barrières, comme la distanciation physique, les gels désinfectants, le lavage de main et le port du masque, une société n’a pas besoin d’être confinée.

«Les conséquences sociales et médicales du confinement sont peut-être plus graves que le risque du virus», a-t-il souligné.

Il explique que de nombreux patients ne se rendent plus dans les hôpitaux pour se faire soigner par crainte du coronavirus, une tendance particulièrement inquiétante.

«La théorie d’une deuxième vague n’est pas du tout démontrée. Par contre, peut-être que le coronavirus est une nouvelle maladie apparue sur terre et il faudra la surveiller au cas où elle muterait. Ce qui est rassurant, c’est que des laboratoires ont commencé à avancer sur un potentiel vaccin», a-t-il rassuré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *