Coronavirus : branle-bas de combat à Pékin après la découverte d'un foyer

Coronavirus : branle-bas de combat à Pékin après la découverte d’un foyer

Coronavirus : branle-bas de combat à Pékin après la découverte d’un foyer

La Chine a fait état dimanche de 57 nouveaux cas confirmés de Covid-19, le plus haut chiffre quotidien depuis avril, faisant craindre une résurgence de l’épidémie. Un cluster a été découvert à Pékin en lien avec un marché de gros.

Le trafic était étonnamment fluide ce dimanche à Pékin et les promeneurs étaient rares autour du lac du Palais d’été à profiter de cette belle journée ensoleillée. De nombreux Pékinois ont préféré rester chez eux alors qu’un nouveau foyer épidémique a été découvert dans la capitale chinoise. La Chine a fait état dimanche de 57 nouveaux cas confirmés de Covid-19, le plus haut chiffre quotidien depuis avril, faisant craindre une résurgence de l’épidémie dans le pays.

Un marché de gros en cause
Le ministère chinois de la Santé a précisé que sur les 57 nouveaux cas, 36 ont été enregistrés dans la capitale, ville de 22 millions d’habitants. Depuis jeudi, Pékin a confirmé 43 nouveaux cas, mettant fin à une période de 55 jours sans aucun cas déclaré. L’ensemble des cas de contamination recensés à Pékin concernent des visiteurs et employés du marché de gros de Xinfadi, qui a été fermé dans la nuit de vendredi à samedi et gardé par des militaires, suite au signalement de six premiers cas liés au marché.

Une vaste campagne de test a été rapidement mise en place permettant de détecter 45 autres cas asymptomatiques tandis qu’un confinement d’urgence a été ordonné samedi dans onze quartiers proches de l’immense marché, qui fournit l’essentiel des produits frais de la capitale. Pékin a exhorté toute personne ayant visité le marché de Xinfadi depuis le 30 mai à se faire connaître afin d’être testée. A travers toute la ville, les entreprises, les écoles, les comités de quartier ont commencé à envoyer des messages à leur personnel et aux habitants pour qu’ils fassent connaître leurs déplacements les plus récents et signalent s’ils ont été en contact avec des personnes ayant fréquenté le marché.

Retours à l’école suspendus
Les médias officiels ont rapporté que le virus avait été détecté sur des planches servant à découper le saumon importé. Dans la foulée, les autorités sanitaires ont ordonné une inspection à l’échelle de la ville, concernant la viande fraîche et congelée, la volaille et le poisson, dans les supermarchés, les entrepôts de stockage et les services de restauration. Identifier le virus sur des planches à découper utilisées pour préparer le saumon ne signifie pas nécessairement que le poisson en est la source, a précisé un responsable.

Vendredi, Pékin a reporté le retour des élèves des écoles primaires et suspendu tous les événements sportifs. Les voyages touristiques en groupe dans la capitale sont également suspendus, tandis qu’un porte-parole de la capitale, Xu Hejian a affirmé dimanche que Pékin entrait dans « une période exceptionnelle ». La ville venait tout juste d’abaisser son niveau d’alerte une semaine auparavant, rendant moins systématique les contrôles de température ou la présentation des codes santé sur son smartphone.

Depuis le début de l’épidémie en Chine, Pékin, siège du pouvoir communiste, fait l’objet d’une attention particulière. Aucun vol international direct n’y est autorisé et la ville n’a levé la quarantaine pour les voyageurs venus des autres provinces chinoises qu’à la veille des congés du 1er mai, bien après les autres métropoles chinoises. Une résurgence de l’épidémie dans la capitale chinoise est du plus mauvais effet pour le régime communiste, qui vante au monde entier l’efficacité de ses mesures de lutte contre le coronavirus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *