Coronavirus: "Cela ne sert à rien de se balader ou de faire ses courses avec ce genre de masque"

Coronavirus: “Cela ne sert à rien de se balader ou de faire ses courses avec ce genre de masque”

Coronavirus: “Cela ne sert à rien de se balader ou de faire ses courses avec ce genre de masque”

“Je rêve !” Cette infirmière du CHU était pourtant bien réveillée quand elle a croisé ce samedi, plusieurs clients d’un supermarché portant un masque FFP2 sur le nez ! “Je n’ai pas pu m’en empêcher d’aller leur rentrer dans le lard.” Sur le pied de guerre depuis plusieurs jours, difficile pour elle de garder son calme quand elle est contrainte de travailler avec un simple masque chirurgical. “Ils m’ont dit que la situation les “angoissait”. Je suis sidérée, dégoûtée par tant d’égoïsme.”

Lire aussi : Test vaccin du coronavirus en Afrique: Nouveau rebondissement en Côte d’Ivoire

“Je suis dégoûtée”
Mais l’infirmière ne s’en laisse pas compter et se lâche. “Les masques FFP2 sont très efficaces contre les virus à condition de savoir les utiliser. Un FFP2 est valable 4 heures, à la seule condition qu’il soit bien fixé et qu’il ne soit jamais retiré, sinon il est bon pour la poubelle ! À l’hôpital, quand il y en a, on ne peut plus ni boire, ni manger, ni même se gratter. Une fois posé, on n’y touche plus.”

Quant au masque chirurgical, “il protège les autres de mes postillons et ne me protège moi qu’à 65 % des autres “. Alors quand elle voit des passants dûment masqués, son sang ne fait qu’un tour. “J’ai même vu des policiers en porter alors qu’ils sont en extérieur, c’est insupportable. On ferait mieux d’équiper a minima, les caissières de supermarché d’un masque chirurgical. Celles que j’ai vues portaient des masques de chantier. Inutiles ! Je suis dégoûtée, quand il n’y aura plus suffisamment de soignants pour s’occuper des malades, ils auront fière allure avec leur FFP2. Cela n’a pas de sens d’en porter quand on est un citoyen, pour aller faire ses courses”.

Paranoïa et légèreté
Paranoïa d’un côté, légèreté de l’autre. Les mesures prises ce samedi par le maire participeront peut-être à briser l’acharnement ambiant à vouloir minimiser les risques.

Dans la liste encore trop longue des gestes insensés, on en voyait, pas perturbés une seule seconde par les sirènes des ambulances “taper le ballon” avec des enfants au bas de leur résidence à deux pas du CHU où 19 patients étaient hospitalisés ce samedi, dont 15 dans un service de soins critiques. “Parce qu’il faut bien leur faire prendre l’air”, rétorquent ces inconscients en toute désinvolture. Les mêmes sans doute qui participeront au rituel de l’applaudissement collectif du haut de leur balcon, ce soir, à 20 h.

Rejoignez Echobuzzweb sur Facebook pour plus d’Infos !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *