Coronavirus

Coronavirus : la troisième guerre mondiale, c’est maintenant

Avec l’ampleur que prend la pandémie du Coronavirus et le nombre de morts qu’elle a déjà engendré, le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a qualifié le COVID-19 de la « crise la plus difficile » à laquelle l’humanité a été confrontée depuis la seconde guerre mondiale.

Le chef de l’ONU a lancé un nouveau plan pour contrer les effets socio-économiques de la pandémie de coronavirus, et a appelé le monde à « agir ensemble pour atténuer le coup porté aux personnes ». Il a dit que le virus représente un stress pour tout le monde et a des effets économiques qui entraîneraient « une récession qui n’a probablement pas de parallèle dans le passé récent ». « La combinaison des deux faits et de son risque qui contribue à une instabilité accrue, à des troubles accrus et à des conflits accrus … nous fait croire que c’est effectivement la crise la plus difficile à laquelle nous sommes confrontés depuis la seconde guerre mondiale », a-t-il déclaré.

Guterres a appelé à une « réponse plus forte et plus efficace » contre l’impact dévastateur du virus, affirmant que cela n’est possible que « si tout le monde se rassemble et si nous oublions les jeux politiques et comprenons que c’est l’humanité qui est en jeu ». Selon l’Organisation internationale du travail (OIT), 5 à 25 millions d’emplois seront supprimés, et les États-Unis perdront 860 milliards de dollars pour 3,4 billions de dollars de revenus du travail. La Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) a prévu une pression à la baisse de 30% à 40% sur les flux mondiaux d’investissement étranger direct, tandis que l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) a enregistré une baisse de 20% à 30% des arrivées internationales. Il y a plus de 838 000 cas infectés et plus de 41 000 décès dus au virus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *