Coronavirus: «Le monde aurait dû écouter l'OMS»

Coronavirus: «Le monde aurait dû écouter l’OMS»

Coronavirus: «Le monde aurait dû écouter l’OMS»

Alors que l’Organisation mondiale de la Santé tenait un point presse ce lundi pour s’exprimer sur l’état de la crise sanitaire, son directeur général n’a pas été tendre en insistant sur le fait que «le monde aurait dû écouter attentivement l’OMS».

C’est TVA Nouvelles qui rapporte cette information qui est en train de faire le tour du monde. «Le monde aurait dû écouter attentivement l’OMS, car l’urgence mondiale a été déclenchée le 30 janvier», a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesu, lors du point presse organisé ce lundi. La chaîne de télévision rappelle qu’à cette époque-là, la Chine ne comptait que 82 cas de coronavirus et aucun décès. En l’espace de quelques mois, ces chiffres ont explosé et la maladie s’est répandue à l’échelle internationale.

Tedros Adhanom Ghebreyesu est allé droit au but lors de ce point presse en rappelant également que l’OMS avait conseillé aux pays qui commençaient à être touchés de mettre en place un protocole strict pour éviter la propagation de la maladie. «Nous avions conseillé au monde entier de mettre en oeuvre une approche globale en matière de santé publique. Nous avions dit de trouver les cas, tester, isoler et rechercher les contacts. Les pays qui ont suivi les conseils sont en meilleure position que les autres. C’est un fait».


Au moment d’écrire ces lignes, plus de 3 millions de cas de coronavirus ont été recensés à travers la planète. 210 619 personnes sont décédées et 916 589 ont pu guérir de la maladie. Au cours des dernières semaines, l’OMS a été la cible de plusieurs critiques notamment de la part du président des États-Unis Donald Trump. Des critiques auxquelles Tedros Adhanom Ghebreyesu essaye de répondre avec calme. «Nous continuerons à donner des conseils fondés sur la science et les preuves».

Reste à savoir comment la pandémie va évoluer au cours des prochaines semaines alors que plusieurs pays vont bientôt amorcer un début de déconfinement. Si Tedros Adhanom Ghebreyesu appelle les pays à être raisonnables en formulant des recommandations, il a rappelé «qu’il appartiendra ensuite aux pays de les suivre ou pas».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *