Coronavirus : le professeur Didier Raoult, l’homme à la chloroquine qui embarrasse Macron et son gouvernement

Coronavirus : le professeur Didier Raoult, l’homme à la chloroquine qui embarrasse Macron et son gouvernement

Coronavirus : le professeur Didier Raoult, l’homme à la chloroquine qui embarrasse Macron et son gouvernement

Didier Raoult affirme que la chloroquine constitue un remède au Covid-19 et qu’il faut prescrire ce médicament dès maintenant. Le gouvernement ne peut s’y résoudre tant que tous les tests n’ont pas été menés.

1. Flegme
Pour lui, « la pire maladie du siècle [est] la peur ». Le directeur de l’institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection (Marseille) n’est pas impressionné par le Covid-19 et comprend mal l’agitation qu’il suscite : en 2017, il y a eu en France une surmortalité de plus de 60 000 personnes due aux virus respiratoires, rappelle-t-il pour minimiser les centaines de morts constatées chaque jour. Pour lui, le coronavirus n’est pas tellement plus menaçant que les 20 virus respiratoires qui circulent déjà. « Soit il deviendra le 21e, soit il disparaîtra comme le SRAS. » Un flegme provocateur qui hérisse nombre de ses collègues.

Le fait qu’il s’apprête à publier un livre en pleine crise (« Épidémies, vrais dangers et fausses alertes », Lafon) ne fait rien pour apaiser les critiques.
Lire aussi : « Je dois perdre ma virginité avant que le coronavirus ne nous tue tous », martèle une actrice nigériane

2. Conseil scientifique
Incontournable, il a été nommé au conseil scientifique Covid-19 mandaté par le gouvernement. Ce qui ne l’empêche pas de marquer sa dissonance. La situation, dit-il, « ne justifie pas des mesures dignes d’une catastrophe atomique ». Il juge que le confinement total est une impasse. Il suggère la voie coréenne : « Multiplier les tests, traiter les malades, n’isoler que les gens positifs. » « Il a mis ses couilles sur la table », commente-t-on dans les couloirs de l’IHU, selon « la Provence ».

3. Chloroquine
Le 25 février, il annonce que la chloroquine, antipaludéen bien connu (Nivaquine, Plaquenil), est « le traitement le moins cher et le plus simple pour traiter le Covid-19 ». Le 16 mars, il dévoile les premiers résultats de ses essais : sur 24 malades, les trois quarts n’étaient plus porteurs après six jours. « C’est l’antibiotique des virus, faut pas chercher midi à quatorze heures », résume le professeur, qui cite aussi des études chinoises. Des infectiologues mettent en garde contre les « effets d’annonce », les « faux espoirs », les « médicaments miracles ». « De petits marquis parisiens », rétorque-t-il. Le gouvernement, après avoir fait la moue, a demandé à l’Inserm d’explorer cette piste.

Rejoignez Echobuzzweb sur Facebook pour plus d’Infos !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *