Dernière heure : Guillaume Soro traîne Ouattara en justice et demande l'ouverture d'une enquête

Dernière heure : Guillaume Soro traîne Ouattara en justice et demande l’ouverture d’une enquête

Dernière heure : Guillaume Soro traîne Ouattara en justice et demande l’ouverture d’une enquête

En décembre dernier, un mandat d’arrêt international a été émis contre Guillaume Soro pour tentative de déstabilisation et détournement de deniers publics empêchant ainsi son retour en Côte d’Ivoire. Le président de GPS a confirmé ce mardi 7 avril 2020 avoir d’ores et déjà initié les procédures internationales et institutions onusiennes dans l’affaire « Soro ».

Lire aussi : Coronavirus : Du nouveau sur cet ancien vaccin très utilisé en Afrique et qui pourrait aider à lutter contre le virus ?

Maîtres Affoussy BAMBA, William BOURDON, Emmanuel DAOUD, Charles CONSIGNY et Robin BINSARD, Conseils de Monsieur Guillaume Kigbafori SORO, Président du mouvement Générations et Peuples Solidaires (GPS) et 18 autres personnes – députés, conseillers municipaux, maire, médecin, philosophe, militants et frères, tous proches de ce dernier et de son mouvement, et qui se trouvent actuellement détenus arbitrairement en Côte d’Ivoire à la suite d’une opération de Police orchestrée par le Parquet d’Abidjan depuis le 23 décembre 2019, confirment avoir d’ores et déjà initié les procédures internationales et françaises suivantes afin de mettre fin à ces persécutions politiques :

– Saisine en urgence du Groupe de travail sur la détention arbitraire à Genève le 03 février dernier : ce groupe de travail rattaché aux Nations Unies a d’ores et déjà accusé réception de ce recours dont l’examen est actuellement en cours.

– Saisines du rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression et du rapporteur spécial sur l’indépendance des juges et des avocats.

– Saisine du Comité des droits de l’homme de l’Union interparlementaire (UIP) qui traite des plaintes relatives à des violations des droits de l’homme dont sont victimes des parlementaires, étant précisé qu’un dialogue soutenu s’est déjà engagé avec ce comité.

– Saisine aux côtés de nos confrères ivoiriens, membres du collectif de défense, de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP).

– Dépôt d’une plainte auprès du Procureur de la République de Paris des chefs de captation illicite de la vie privée, transmission et diffusion d’un montage illicite et tentative d’escroquerie au jugement, visant notamment M. Akim LAACHER, M. Olivier BAZIN, M. Francis PEREZ et M. Richard ADOU.

Les avocats de Monsieur Guillaume SORO attendent de ces recours et notamment de la saisine du Groupe de Travail sur la Détention Arbitraire une décision urgente, reconnaissant le caractère parfaitement arbitraire de ces détentions afin de contraindre les autorités ivoiriennes à mettre en liberté l’ensemble des requérants.

Ces différents recours ont pour objet également de faire constater les graves violations des droits de l’homme intervenues ces derniers mois en Côte d’Ivoire.

Rejoignez Echobuzzweb sur Facebook pour plus d’Infos !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *