Des malades infectés par la COVID-19 ont des symptômes après six semaines

Des malades infectés par la COVID-19 ont des symptômes après six semaines

Des malades infectés par la COVID-19 ont des symptômes après six semaines

En France, de nombreux médecins se disent préoccupés par le long délai de récupération de plusieurs patients qui luttent contre le nouveau coronavirus.

Le professeur Benjamin Davido, infectiologue et référent sur la crise Covid à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine), a expliqué au journal Le Parisien : « En général, il y a un répit, ce qu’on appelle une lune de miel entre le 15e jour, date de fin de la maladie et le 30e jour, puis ça repart. Comme une bobine de fil à l’envers, les signes réapparaissent un à un. Cette situation, c’est du jamais-vu ! C’est pour cela que ces patients, environ 5 % des cas de Covid, ne sont pas toujours pris au sérieux. »

Selon le professeur Davido, même si ce phénomène est jugé comme étant « rare », ce sont surtout des personnes qui ont eu, durant le confinement, une forme bénigne du coronavirus.

Lire aussi: Le star Netflix Hana Kimura meurt subitement à 22 ans

Pour sa part, Yazdan Yazdanpanah, le patron de l’infectiologie de l’hôpital Bichat, à Paris, a déclaré : « En général, c’est l’inflammation induite par le virus et non le virus lui-même qui est à l’origine de la réapparition des symptômes. On ne sait pas exactement pourquoi. On pense que cela arrive chez des gens qui n’ont pas développé d’anticorps, peut-être parce qu’ils sont immunodéprimés. »

Du côté du CHU de Grenoble (Isère), où on mènera une étude plus large d’une durée de six mois sur les séquelles de la COVID-19, le professeur Stahl a souligné : « Les gens se plaignent de quelque chose, donc il y a quelque chose, il faut investiguer. Peut-être qu’il s’agit de dégâts provoqués par le coronavirus sur certains organes ».

La théorie avancée par Stahl ne rejoint pas Benjamin Davido, qui a avancé pour sa part que « Les tests de virologie ne sont pas performants sur les formes mineures, voilà pourquoi certains n’ont pas été dépistés positifs ».
Enfin Davido a conclu en déclarant : « Il est possible que lorsque les gens ont repris leur vie, après le confinement, ils ont été à nouveau confrontés au virus qui circule toujours, conséquence le système immunitaire s’active et les symptômes reviennent. Je pense que d’ici trois mois, ils iront mieux. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *