“Des médecins obligés de choisir qui doit mourir”

Alors que les hôpitaux sont submergés de malades infectés par le coronavirus, les médecins disent qu’ils sont confrontés au dilemme de choisir entre la vie et la mort de leurs patients. Une situation qu’ils disent n’avoir jamais vécue auparavant.

Les médecins en première ligne de la lutte contre le coronavirus en Italie disent qu’ils doivent sélectionner ceux qui reçoivent un traitement salvateur.

 

Les nouvelles infections à coronavirus se multipliant par centaines chaque jour, l’Italie a du mal à trouver suffisamment de lits dans les hôpitaux pour traiter les malades.

“Si une personne dont l’âge est compris entre 80 et 95 ans est en grave détresse respiratoire, il est peu probable qu’elle poursuive son traitement”, a déclaré au journal Corriere della Sera le médecin Christian Salaroli, chef de l’unité de soins intensifs d’un hôpital de Bergame, dans le nord de la Lombardie.

“Ce sont des mots terribles, mais qui sont malheureusement vrais. Nous ne sommes pas en mesure de tenter ce que vous appelez des miracles”, a dit M. Salaroli.

Mais qu’est-ce qui fait que ces décisions de vie ou de mort sont nécessaires dans le cas de l’épidémie en Italie ?

Des choix difficiles

Le coronavirus s’avère particulièrement mortel en Italie – plus de 4 000 personnes sont mortes en quatre semaines environ, dans ce pays, selon un bilan du samedi 21 mars. Le même jour, le décompte des infections en était 47 000 cas confirmés.

Doctors wear protective clothes against coronavirus in NaplesCopyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionIl y avait plus de 4 000 morts en Italie, samedi 21 mars.

Selon les Nations unies, le pays a la deuxième population la plus âgée du monde après le Japon. Ces personnes sont celles qui souffrent le plus de la maladie, une fois qu’elles sont infectées.

Au début de ce mois, la Société italienne d’anesthésie, d’analgésie, de réanimation et de thérapie intensive (SIAARTI) a publié des recommandations éthiques destinées aux médecins qui devraient obtenir un lit de soins intensifs “dans des conditions exceptionnelles”, ce qui signifie qu’il n’y aurait pas de place pour tout le monde.

 

Plutôt que d’admettre les patients sur la base du “premier arrivé, premier servi”, la SIAARTI conseille aux médecins et aux infirmières confrontés aux “choix difficiles” de se concentrer sur les patients qui ont plus de chances de guérir après un traitement intensif.

“Ce n’est pas la SIAARTI qui propose de traiter certains patients et de limiter le traitement pour d’autres. Au contraire, ce sont les situations d’urgence qui [l’expliquent]”, précise la Société italienne d’anesthésie.

Tsunami

L’Italie compte environ 5 200 lits de soins intensifs, mais pendant les mois d’hiver, beaucoup d’entre eux sont déjà occupés par des patients souffrant de problèmes respiratoires.

La Lombardie et la Vénétie, régions situées dans le nord du pays, ne disposent que de 1 800 lits dans des établissements privés et publics.

A temporary emergency ward set up outside a hospital in Brescia, LombardyCopyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionLes hôpitaux du nord de l’Italie tentent d’augmenter le nombre de lits.

Les autorités de ces régions du nord affirment qu’elles sont sur le point d’atteindre leur pleine capacité, et qu’elles seront bientôt à court de lits de soins intensifs.

“Les chiffres ont continué à augmenter. Nous sommes proches du moment où nous n’aurons plus de lits de soins intensifs”, a déclaré, lundi 9 mars, le gouverneur de la Lombardie, Attilio Fontana, dans une interview télévisée.

Le gouvernement travaille rapidement à la mise en place de centaines de lits de soins intensifs dans un établissement de santé construit dans l’urgence, dans le centre des expositions de la Fiera Milano – mais il n’a pas encore trouvé suffisamment de ventilateurs et d’infirmières.

 

Le médecin Stefano Magnone a dit à la BBC que l’hôpital dans lequel il travaille en Lombardie a atteint sa capacité d’accueil.

“La situation empire de jour en jour, car nous atteignons les limites de nos capacités, en termes de lits de soins intensifs, ainsi que dans les services ordinaires, pour traiter les patients atteints de coronavirus”, a-t-il déclaré.

“Dans notre province, nous sommes complètement à court de ressources, tant humaines que technologiques, nous attendons donc de nouveaux ventilateurs, de nouveaux dispositifs de ventilation…” a-t-il ajouté.

Au début de la semaine dernière, un témoignage du médecin Daniele Macchini, chargé des soins intensifs à Bergame, s’est propagé sur Twitter.

Il décrivait comment son équipe avait été “submergée par un tsunami” et comment les équipements médicaux prévus pour les problèmes respiratoires, les ventilateurs par exemple, étaient devenus extrêmement précieux – “comme de l’or”.

“Les cas se multiplient, [nous avons] 15-20 admissions par jour, tout cela pour la même raison. Les résultats des prélèvements se succèdent, les uns après les autres : positifs, positifs, positifs. Soudain, les urgences s’effondrent”, a-t-il témoigné.

“Certains de nos collègues qui sont infectés ont également infecté des proches, et certains de leurs proches sont déjà en train de lutter entre la vie et la mort”, a-t-il déclaré.

Doctors and nurses at the emergencies department at work at hospital in Pavova, ItalyCopyright de l’imageGETTY IMAGES
Image captionLe personnel médical dit être “dépassé” par une énorme pression émotionnelle.

Le docteur Salaroli a déclaré au Corriere della Sera que la charge émotionnelle du personnel médical est “dévastatrice”, et que certains membres de son équipe médicale sont “surpassés” par les choix qu’ils ont dû faire.

“Cela peut arriver aussi bien à un médecin-chef qu’à un jeune médecin qui vient d’arriver, et qui se retrouve obligé de décider du sort d’un être humain. Je le répète à haute voix”, a-t-il déclaré.

“J’ai vu des infirmières avec trente ans d’expérience pleurer, des gens qui avaient des crises de nerfs, qui tremblaient, tout d’un coup”, poursuit le docteur Salaroli.

L’appel de l’Italie à l’Europe

Le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, a appelé à la création d’une unité européenne unique pour coordonner l’approvisionnement de tous les hôpitaux et cliniques d’Europe.

 

Parlant à la BBC, il a dit, avec un brin d’optimisme, qu’aucune infection n’avait été enregistrée dans 10 villes du nord de l’Italie, la semaine dernière.

“L’Italie a été la première nation d’Europe à être aussi gravement touchée”, a déclaré M. Di Maio. “Mais j’espère que cela signifie aussi que l’Italie est la première nation à avoir oublié de parer à l’urgence”, a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *