Le coronavirus a fait 10 000 morts en Espagne, deuxième pays le plus endeuillé

Le coronavirus a fait 10 000 morts en Espagne, deuxième pays le plus endeuillé

Le coronavirus a fait 10 000 morts en Espagne, deuxième pays le plus endeuillé

Le Covid-19 a été détecté dans 187 pays et territoires et c’est actuellement aux Etats-Unis, où il a tué plus de 5 000 personnes, qu’il progresse le plus rapidement.

Le nouveau coronavirus continue de se propager à une vitesse « quasi exponentielle », s’est inquiété, mercredi 1er avril, le secrétaire général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus. Plus de 900 000 cas de Covid-19 ont été recensés dans 187 pays et territoires, dont 215 000 aux Etats-Unis où la maladie progresse le plus vite. Faute de capacité suffisante de dépistage, ces bilans sont très probablement bien en-dessous de la réalité.

Malgré des mesures de confinement qui concernent près d’un habitant de la planète sur deux, les bilans sont de plus en plus lourds : plus de 13 000 morts en Italie, 10 000 en Espagne, 5 000 aux Etats-Unis, 4 000 en France, 3 000 en Iran, 2 000 au Royaume-Uni… Le Covid-19 a déjà causé la mort de 46 000 personnes aux quatre coins du monde.

La mort d’un nouveau-né dans l’Etat du Connecticut, après le décès d’un bébé de 9 mois à Chicago et d’un adolescent de 13 ans au Royaume-Uni, a particulièrement frappé les esprits, les enfants étant jusqu’ici relativement épargnés.

En direct : Les transferts de malades du coronavirus se multiplient depuis Paris vers les hôpitaux régionaux
Un lourd bilan humain en Espagne, explosion du chômage
Plus de 500 000 cas de personnes contaminées étaient recensés jeudi en Europe, selon un comptage réalisé par l’agence France-Presse (AFP), soit plus de la moitié du total mondial.

L’Espagne déplorait jeudi de lourdes pertes, avec 950 décès en vingt-quatre heures, portant le bilan à 10 000 morts. Plus de 110 000 cas de contaminations ont été enregistrés sur le territoire. Le pays redoute de voir submergées les unités de soins intensifs qui travaillent déjà à la limite de leurs capacités. Les hôpitaux commencent toutefois à faire état d’un ralentissement des arrivées. « Il semble que nous soyons » au pic de la contagion, « que nous sommes en train de descendre », estime le directeur du Centre d’urgences sanitaires, le Dr Fernando Simon.

Le pays, confiné depuis le 14 mars, a enregistré en mars plus de 300 000 nouveaux demandeurs d’emploi, en raison de « l’impact extraordinaire » de la crise sanitaire, a annoncé, de son côté, le ministère espagnol du travail. Selon la presse espagnole, cette hausse est la plus forte jamais observée dans les statistiques du chômage.

En Italie aussi, où les hôpitaux craquent de toutes parts, le nombre des nouvelles infections continue de ralentir. Mais les médecins s’inquiètent des convalescents, qui quittent l’hôpital dès que leur vie n’est plus menacée, même s’ils sont encore contagieux. Le gouvernement italien est sous pression pour lever les mesures de confinement, prolongé au moins jusqu’à la mi-avril, et relancer une économie au ralenti, alors que la pauvreté progresse et que le chômage de masse menace.

En Belgique, la pandémie a causé la mort de plus de 1 000 personnes (pour 15 348 cas confirmés), selon un nouveau bilan officiel communiqué jeudi par les autorités sanitaires. Ce nombre a doublé en l’espace de trois jours, notamment en raison de la comptabilisation décalée des décès intervenus en maison de retraite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *