Mali: L'opposition et l'armée se joignent à un rassemblement pour célébrer le départ de Ibrahim Boubacar Keita

Mali: L’opposition et l’armée se joignent à un rassemblement pour célébrer le départ de Ibrahim Boubacar Keita

Mali: L’opposition et l’armée se joignent à un rassemblement pour célébrer le départ de Ibrahim Boubacar Keita. Des milliers de personnes se rassemblent sur la place de l’indépendance de la capitale, berceau d’un mouvement de protestation de plusieurs mois, pour célébrer le coup d’État.

Les partisans de l’opposition malienne ont afflué sur la place centrale de Bamako pour célébrer le renversement militaire du président Ibrahim Boubacar Keita, que leurs dirigeants ont salué comme une «victoire du peuple malien». Ibrahim Boubacar Keita Mali

Des milliers de personnes se sont rassemblées vendredi sur la place de l’indépendance de la capitale, berceau d’un mouvement de protestation de plusieurs mois, dont beaucoup sont drapés du drapeau national du Mali et tirent sur des cornes de vuvuzela.

Ils se sont rassemblés trois jours après que les troupes en mutinerie se sont emparées du président du pays, âgé de 75 ans, l’ont forcé à annoncer sa démission et ont dévoilé un gouvernement militaire qui gouvernerait jusqu’à ce qu’un “président de transition” prenne le relais.

“Nous sommes venus ici pour vous remercier, pour remercier le public malien pour son soutien. Nous avons simplement achevé le travail que vous avez commencé et nous nous reconnaissons dans votre combat”, a déclaré le porte-parole du gouvernement militaire, Ismael Wague.

Keita, qui a été élu pour un deuxième mandat de cinq ans en 2018, a annoncé sa démission mercredi, affirmant qu’il n’avait pas eu d’autre choix et qu’il voulait éviter l’effusion de sang.

Le coup d’État est intervenu après des mois de manifestations, organisées par une coalition lâche appelée le Mouvement du 5 juin, qui ont été alimentées par la colère face à l’incapacité de Keita à endiguer une rébellion sanglante, à relancer l’économie et à lutter contre la corruption.

‘Nous avons gagné’
Contrairement à la condamnation féroce à l’étranger lors du renversement d’un dirigeant élu, de nombreux participants au rassemblement se réjouissaient du changement en chantant, dansant et brandissant des banderoles remerciant les mutins.

“Je suis ravie! Nous avons gagné. Nous sommes venus ici pour remercier tout le peuple malien, car c’est la victoire du peuple”, a déclaré Mariam Cissé, 38 ans, partisan de l’opposition.

Ousmane Diallo, un soldat à la retraite âgé de 62 ans, a déclaré: “Nous sommes ici pour célébrer la victoire du peuple. Juste la victoire du peuple.”

“IBK a échoué”, a-t-il dit, utilisant une référence commune à l’ancien président par ses initiales. “Le peuple est victorieux.”

Mais, a-t-il averti, «les militaires ne devraient pas penser maintenant qu’ils peuvent rester au pouvoir».

“C’est une scène de joie. Dieu nous a délivrés des mains du mal, nous sommes heureux, nous sommes derrière notre armée”, a déclaré un fermier de 59 ans qui n’a donné son nom que sous le nom de Souleymane.

Certaines des pancartes brandies lors du rassemblement reflétaient le ressentiment face à une ingérence étrangère perçue dans les affaires du Mali.

L’un d’eux lisait: «La CEDEAO, une union de chefs d’État au service des intérêts personnels», une référence au bloc régional de 15 nations qui a conduit la condamnation du coup d’État et soutient Keita.

Le bloc doit envoyer samedi des envoyés dirigés par l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan.

Un autre signe avait les mots «Barkhane» et «MINUSMA» barrés, ce dernier faisant référence à la force de maintien de la paix des Nations Unies au Mali.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *