Municipales en France: Anne Hidalgo reconduite à la tête de la mairie de Paris

Municipales en France: Anne Hidalgo reconduite à la tête de la mairie de Paris

Municipales en France: Anne Hidalgo reconduite à la tête de la mairie de Paris

La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, a confirmé sa position de favorite face à Rachida Dati et Agnès Buzyn à la mairie de Paris. Conformément aux prévisions des sondages, elle renouvelle son mandat avec une solide avance sur ses concurrentes.

Selon les premières estimations de LCI, Anne Hidalgo est réélue confortablement avec 50,2% des votes, loin devant Rachida Dati, avec seulement 32% des voix, laquelle a su convaincre deux fois plus de Parisiens qu’Agnès Buzyn, qui essaye une défaite avec 16% des votes. Selon les estimations de France Inter, Anne Hidalgo serait gagnante avec 49,3% des voix, devant Rachida Dati avec 32,7% et Agnès Buzyn avec 13,7%. Ce dimanche 28 juin, Anne Hidalgo a su se démarquer. Après une campagne pleine de rebondissements, la maire sortante a conclu une alliance avec l’écologiste David Belliard, augmentant encore son avance sur ses concurrentes. En cumulant leurs scores au premier tour et en ralliant les électeurs Verts, la maire sortante était en bonne voie pour rempiler sur un nouveau mandat et poursuivre ses ambitions pour la capitale. Face à la droite menée par Rachida Dati, et Agnès Buzyn, candidate LREM, ces résultats confirment les sondages qui donnaient Anne Hidalgo gagnante.

Avec une avance confortable au premier tour – 29,33% des voix, devant la candidate LR et ses 22,72% -, puis une alliance de choix avec l’écologiste David Belliard, les sondages donnaient Anne Hidalgo en tête de cette élection municipale 2020. La maire de Paris sortante a été donnée gagnante au second tour des municipales avec pas moins de 44% des voix par une consultation Ifop-Fiducial réalisée pour le JDD et Sud Radio le 6 juin dernier, et les autres sondages qui ont suivi ont donné sensiblement les mêmes chiffres. Un statut de favorite qui a accompagné l’annonce de mesures choc de la maire socialiste pour son probable prochain mandat.

Pour rappel, Anne Hidalgo et David Belliard avaient annoncé la fusion de leurs listes au tout dernier moment, juste avant la date limite de dépôt des candidatures pour le second tour des municipales. “On a trouvé un accord sur les trois thèmes sur lesquels on travaillait depuis plusieurs jours : le projet, la gouvernance et les listes”, indiquait à l’AFP le directeur de campagne de la maire sortante, Emmanuel Grégoire, le 2 juin dernier. Cet accord prévoit notamment une vingtaine de postes de conseillers à EELV en cas de victoire d’Anne Hidalgo et peut-être même une mairie d’arrondissement.

Dans un communiqué co-signé de la main de David Belliard, Anne Hidalgo compte bien, sans surprise, poursuivre son combat emblématique si elle est élue. “Nous continuerons de réduire la place de la voiture dans notre ville”, écrivent-ils. La prochaine étape doit consister au passage de 50 à 30 km/h sur l’ensemble de la voirie parisienne, à l’exception de quelques grands axes et du périphérique, dont la vitesse maximale autorisée pourrait d’ailleurs passer de 70 à 50 km/h sous la deuxième mandature d’Anne Hidalgo. “Nous commencerons par créer une voie réservée aux transports partagés (bus, navettes, taxis, covoiturage) pour progressivement réduire le nombre de voies de circulation, (…) et donner la possibilité de traverser à pied ou à vélo”, précise le communiqué, toujours à propos du boulevard périphérique, “cette frontière d’un autre âge”.

Dans leur “manifeste pour Paris”, Anne Hidalgo et David Belliard avaient également présenté conjointement les grandes lignes de leur programme en matière d’économie. Leurs équipes ont imaginé un plan de relance post-confinement estimé à 60 millions d’euros. De cette somme seront alloués 5 millions d’euros pour relancer le “tourisme à impact positif”, 15 millions d’euros pour les artistes et les acteurs de la vie culturelle, 6 millions d’euros pour les starts-up, commerces et entreprises culturelles, et 4 millions d’euros pour l’économie sociale et solidaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *