Non, porter un masque ne cause pas un manque d'oxygène au cerveau

Non, porter un masque ne cause pas un manque d’oxygène au cerveau

Non, porter un masque ne cause pas un manque d’oxygène au cerveau

Alors que le port du masque est recommandé dans de nombreux pays, de nombreuses fausses informations à ce sujet circulent sur les médias sociaux. La plupart d’entre elles affirment à tort que porter un masque est dangereux pour la santé.

C’est Radio-Canada qui rapporte cette nouvelle qui va intéresser un grand nombre d’entre vous, surtout celles et ceux qui s’interrogent sur les conséquences du port du masque. En effet, depuis plusieurs jours les médias sociaux se retrouvent polluer de fausses informations concernant le port du masque. La plupart d’entre elles affirment à tort que porter un masque est dangereux pour la santé et qu’il pourrait entraîner une hypoxie cérébrale qui selon Wikipédia est un apport réduit en oxygène impliquant spécifiquement le cerveau».

Pourtant Radio-Canada indique que de nombreux experts affirment qu’il n’y a aucun risque à porter un masque. C’est le cas notamment du Dr Mathieu Simon, chef des soins intensifs à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec. «Ça fait 25 ans que je fais des soins intensifs et j’ai porté de ces masques-là. J’ai vu un paquet de personnes autour de moi en porter et je n’ai jamais vu de cas d’hypoxie. Ça ne peut pas se produire physiologiquement. La physique de l’hypoxie et de ces masques-là n’est pas compatible».

Lire aussi: Le star Netflix Hana Kimura meurt subitement à 22 ans

Même son de cloche du côté de la Dre Caroline Quach, microbiologiste-infectiologue et épidémiologiste au CHU Sainte-Justine qui s’est confiée sur la question au micro de Radio-Canada. «Les masques de tissu ou de procédure ne causent aucune hypoxie. Ils sont faits pour arrêter les grosses gouttelettes, mais laissent passer les molécules d’oxygène et de CO2». Par contre, elle ne nie pas que le port du masque peut générer un certain inconfort. «On peut avoir l’impression de mal respirer, mais c’est une question d’habitude. C’est clairement plus chaud et moins confortable, mais ça n’empêche pas nos échanges gazeux».

Radio-Canada souligne toutefois que les personnes avec d’importants problèmes respiratoires comme celles atteintes de fibrose pulmonaire pourraient avoir des complications liées au port du masque. «Ajouter une épaisseur de plus de résistance rend l’effort encore plus grand», explique le Dr Mathieu Simon qui prend le soin de préciser que cela concerne uniquement les personnes qui ont une «fonction pulmonaire extrêmement limitée qui est souvent incompatible avec le port du masque».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *