Officiel: La justice paraguayenne libère Ronaldinho de prison

Ronaldinho est enfin libre Incarcérés depuis plusieurs semaines dans une prison du Paraguay pour avoir utilisé de faux passeports, Ronaldinho et son frère viennent d’être relâchés

Arrêté il y a plusieurs semaines en possession de faux passeports, l’ancien joueur du FC Barcelone était depuis retenu dans une prison d’Asuncion, la capitale du Paraguay.

Mais la galère est finie pour le Brésilien, qui vient d’être relâché ce mardi soir par la justice locale. Il a tout de même était placé sous surveillance dans un hôtel de la ville.

On l’a dit, Ronaldinho n’est pas le seul footballeur à croupir en prison. Mais lui restera toujours libre: impossible de l’enfermer. S’il a volé un truc dans sa vie, c’est le cœur des esthètes, en déployant les ailes du sublime.

«Il met de la magie, mine de rien, dans tout ce qu’il fait. Il a le sourire facile, même pour les imbéciles. Il est libre, Ronnie! Y’en a même qui disent qu’ils l’ont vu voler.»

Au XXIe siècle, aucun footballeur n’a autant influencé le jeu que Ronaldinho. Génie créatif à la nonchalance cocardière, le Ballon d’or 2005 a inventé une foultitude de gestes techniques. Pas en rivalisant d’ingéniosité et de travail, non; simplement en suivant sa magistrale intuition.

On pourrait citer l’«Espaldinha» (contrôle orienté ou passe du dos) ou encore le fameux crochet «Elastico», briseur de reins breveté. L’essentiel à retenir, plus que la grâce de l’instantané, réside dans l’efficacité footballistique de chacune de ses trouvailles.

Si elles ont par ailleurs ont amusé la galerie, les facéties de Ronaldinho ont toujours et en premier lieu visé à produire un gain concret sur la pelouse. Comme le coup franc sous le mur, dont il était passé maître en la matière, par exemple ici face au Werder Brême lors de la Ligue des champions 2006-07.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *