Regardez le traitement inhumain que subissent les Africains actuellement en Chine

Alors que de nombreuses villes chinoises sortent peu à peu du confinement et de l’épidémie, de nouvelles rumeurs viennent y semer la panique de nouveau. Sur la toile, une communauté africaine est en effet accusée de contaminer encore une fois la région chinoise. Et plus précisément, la ville de Guangzhou.

La ville de Guangzhou, théâtre du racisme anti-africain
De nombreux habitants africains, issus de la communauté Yaotai ont en effet été empêchés d’entrer dans leurs maisons et certains ont même dû quitter la ville.

Ces rumeurs d’une nouvelle contamination à cause des étrangers a grandement affecté la communauté africaine.

«Mon colocataire a dormi deux nuits dehors», explique Collins, un étudiant nigérian, cohabitant avec un étudiant du nom de Francis.» «Il m’a appelé parce qu’on refusait qu’il entre dans notre bâtiment. Après plusieurs appels, je lui ai envoyé une preuve d’habitation. L’agent de sécurité a refusé de prendre le papier. Mon colocataire a donc rejoint d’autres personnes, également virées de leur logement. Mardi soir, il a dormi dehors. Il m’a raconté qu’ils ont été chassés par la police parce qu’ils campaient en-dessous d’un pont, près d’une station de police.»

Et d’ajouter :

«Mercredi matin, Francis est allé faire un test pour le Covid-19 à l’hôpital. J’ai également été testé chez moi. Finalement, les tests de Francis sont revenus négatifs, et il a pu revenir jeudi matin à la maison après avoir dormi pendant deux nuits dehors.»

Dans la vidéo ci-dessous, on peut voir un homme filmant des Chinois en tenue complète de combinaison. L’homme leur explique qu’il a déjà effectué quatorze jours de quarantaine mais ils doivent tout de même partir.

« On ne sait pas où on nous emmène », dit-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *