Un astéroïde géant qui a frôlé la Terre aujourd'hui semble porter un masque facial comme un message pour l’humanité

Un astéroïde géant qui a frôlé la Terre aujourd’hui semble porter un masque facial comme un message pour l’humanité

Un astéroïde géant qui a frôlé la Terre aujourd’hui semble porter un masque facial comme un message pour l’humanité

Au-delà des problèmes auxquels nous sommes confrontés, il existe des phénomènes impressionnants qui subjuguent les amateurs d’astronomie. L’Administration nationale de l’aéronautique et de l’espace, communément appelée la NASA, se penche régulièrement sur l’exploration du système solaire et de la recherche spatiale. À travers ses travaux, l’Agence spatiale américaine anticipe certains changements environnementaux et met en exergue les dangers potentiels qui peuvent menacer la planète Terre.

Un astéroïde géant sera proche de la planète Terre
Un astéroïde géant portant le nom 52 768 (1998 OR2) passera par la planète Terre ce 29 avril, informe la NASA.

Si l’Agence l’a appelé ainsi, c’est parce que ce corps céleste a été repéré pour la première fois dans l’année 1998. Cette astéroïde mesurerait 2 kilomètres de diamètre et sera très proche de la Terre. Selon l’Observatoire Arecibo de Porto Rico, ce qui rend ce phénomène particulièrement intriguant, c’est son aspect singulier qui rappelle la crise sanitaire que le monde connaît actuellement. En effet, les images immortalisées par les astronomes révèlent que cet astéroïde porte une sorte de masque, se référant ainsi à la pandémie de coronavirus qui bouleverse la planète, comme si la nature nous envoi un message..

Ce corps céleste passera à seulement 6,3 millions de kilomètres de la Terre, une distance extrêmement réduite dans l’espace. Jacquie Milner, astronome affiliée à l’Observatoire du Mont Burnett en Australie a déclaré que cet objet céleste sera assez brillant pour être observé par ceux qui détiennent un télescope. “Bien qu’il ne soit pas assez lumineux ni assez proche pour être vu à l’œil nu, un astronome amateur expérimenté avec un télescope de taille décente sera en mesure de le trouver au-dessus dans la constellation de l’hydre”, précise l’astronome.

Un corps céleste potentiellement dangereux
Lorsque la NASA a découvert cet astéroïde pour la première fois, elle a déclaré qu’il était “suffisamment grand pour provoquer des effets désastreux” s’il entre en collision avec la Terre. À l’Observatoire Arecibo, établissement de la National Science Foundation dont se charge l’Université de Floride, une équipe d’experts est à l’affût de l’action qu’aura cet astéroïde sur la planète.

Malgré l’impact de la pandémie, les scientifiques continuent de mener leurs travaux en faveur de la protection de la planète. L’astéroïde géant qui apparaîtra ce 29 avril et passera près de la Terre a été classé comme “potentiellement dangereux” en raison de sa dimension. Grâce à des mesures radar, les scientifiques de l’espace parviennent à anticiper la trajectoire exacte de l’astéroïde et son rapprochement avec la Terre.

Rien ne laisse présager une menace dévastatrice pour la planète
Si l’approche de cet astéroïde a suscité de nombreuses inquiétudes, c’est parce qu’il suffit d’une collision entre la Terre et un astéroïde d’1 kilomètre de diamètre seulement pour signer la fin de l’humanité, indique CNews. Seulement, il semblerait que l’astéroïde 52 768 (1998 OR2), qui se déplace à une vitesse de 8,7 kilomètres par seconde, passera à une distance de 6,3 millions de kilomètres de la planète. Ainsi, une collision n’est pas envisagée pour l’heure et la planète semble alors protégée. Selon France TV Info qui reprend les propos de la Planetary Society, cette collision a une “très faible probabilité” et ne devrait pas constituer une source d’anxiété supplémentaire. Toutefois, la NASA continue d’observer ces objets spatiaux en vue de repérer des menaces éventuelles. Bien que l’astéroïde 52 768 (1998 OR2) surprenne de par ses dimensions, l’Agence Spatiale révèle que l’astéroïde 3122 Florence (1981 ET3) qui avait heureusement manqué la collision avec la Terre le 1er septembre 2007 était le plus grand que les scientifiques aient eu l’occasion d’observer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *