Une ambulancière noire tuée par des policiers après avoir reçu au moins 8 balles (Vidéo)

Une ambulancière noire tuée par des policiers après avoir reçu au moins 8 balles (Vidéo)

Une ambulancière noire tuée par des policiers après avoir reçu au moins 8 balles (Vidéo)

Il s’agit d’une des histoires les plus troublantes qui s’est produite au cours des derniers mois et elle nous vient des États-Unis où une ambulancière noire a été tuée par des policiers après avoir reçu au moins 8 balles.

C’est Le Parisien qui rapporte l’histoire de Breonna Taylor, une jeune ambulancière de 26 ans dont la vie a pris un tournant tragique le 13 mars dernier. Celle qui vivait dans la ville de Louisville dans l’État du Kentucky est décédée après avoir reçu au moins 8 balles de la part de policiers, dotés d’un mandat de perquisition, qui avaient enfoncé sa porte. Toutefois, elle n’avait aucun problème avec la justice et ce mandat concernait un individu qui ne vivait plus dans cet immeuble et qui était même déjà derrière les barreaux.

Le Parisien raconte que son compagnon Kenneth Walker, qui détenait légalement une arme, a décidé de tirer sur les policiers en réaction à leur intrusion non justifiée. Le quotidien indique qu’il a été arrêté et qu’il a été accusé de tentative de meurtre sur un policier. Autrement dit, en l’espace de quelques l’instants, la vie de ce couple a complètement tourné au cauchemar.

Si au moment des faits, cette histoire n’a pas été vraiment couverte par les médias américains, Le Parisien explique que c’est la plainte de l’avocat Ben Crump, réputé pour défendre les personnes noires dans des affaires de bavures policières, qui a révélé cette histoire au grand jour. «Les services de police n’ont fourni aucune réponse concernant les faits et les circonstances de cette tragédie ni assumé la responsabilité de ce meurtre insensé», déplore-t-il.

Le Parisien indique que l’histoire de Breonna Taylor fait écho à celle d’Ahmaud Arbery, un homme noir vivant en Géorgie qui s’est fait tuer par deux hommes blancs en Géorgie au mois de février dernier alors qu’il faisait un jogging. Décidément, les tensions raciales aux États-Unis sont loin d’avoir disparu et cela suscite l’indignation de nombreux citoyens, de politiciens et autres personnalités publiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *