Une femme de 47 ans meurt de la COVID-19 après s'être fait cracher dessus

Une femme de 47 ans meurt de la COVID-19 après s’être fait cracher dessus

Une femme de 47 ans meurt de la COVID-19 après s’être fait cracher dessus

Il s’agit d’une des histoires les plus troublantes de ce début de semaine et elle nous vient du Royaume-Uni où une femme d’une quarantaine d’années est morte du coronavirus une quinzaine de jours après s’être fait cracher dessus.

C’est TVA Nouvelles qui rapporte l’histoire de Belly Mujinga, une femme de 47 ans qui travaillait en tant qu’employé des chemins de fer britanniques. Le 22 mars dernier, elle s’est fait cracher dessus par un usager de la gare de Victoria à Londres alors qu’elle était en train de travailler avec un de ses collègues. «Ils étaient dans le hall à côté du guichet, lorsqu’ils ont été agressés par un usager qui leur a craché dessus. Un homme leur a toussé dessus et leur a dit qu’il avait le virus», raconte le syndicat TSSA dans un communiqué.

TVA Nouvelles explique que quelques jours plus tard, Belly Mujinga ressentait des problèmes respiratoires. Son médecin lui a alors donné un arrêt maladie. Malheureusement, son état de santé va se dégrader progressivement et elle s’est retrouvée dans l’obligation de se faire hospitaliser. La chaîne de télévision indique qu’elle a été mise sous respirateur le 2 avril, une dizaine de jours après s’être fait cracher dessus. Finalement, elle décèdera 3 jours plus tard sans avoir pu dire adieu en personne à son mari et à sa fille de 11 ans.

Southern Railway, l’entreprise qui employait Belly Mujinga, a lancé une enquête interne pour faire la lumière complète sur ce qu’il s’est passé le 22 mars dernier, souligne TVA Nouvelles. Les autorités britanniques ont, de leur côté, également ouvert une enquête. Il sera notamment de question de savoir si l’agression qu’elle a subie est à l’origine de sa contamination au coronavirus et donc de son décès. Pour le syndicat TSSA, «il y a de sérieuses questions sur sa mort, elle n’était pas inévitable».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *